En 1991, le Symposium international de l’UNESCO sur la conservation du patrimoine géologique s’est tenu à Digne (France). C’est là qu’est née la « Déclaration internationale des droits de la mémoire de la Terre ». Ce fut une étape importante qui a conduit à un grand nombre de mesures et actions pour la conservation du patrimoine géologique dans le monde entier.

Ce n’est cependant qu’en 1996, lors du 30e Congrès international de géologie qui s’est tenu à Beijing (Chine), que le concept de Géoparc a émergé. C’est une idée qui unit la nécessité de protéger le patrimoine géologique avec les besoins de la société où se trouve ce patrimoine.

Les Géoparcs préservent et valorisent les zones d’intérêt géologique en tant que témoignages de l’histoire de la Terre, comme cela a été fait avec la partie biotique, avec la conviction qu’ils sont des témoins clés de l’évolution de la planète et qu’ils deviendront des déterminants de notre développement durable actuel et surtout futur.

En juin 2000, le réseau européen des Géoparcs (EGN) a été officiellement créé (European Geoparks Network, EGN, en anglais). Un accord a été signé en 2001 pour placer l’EGN sous les auspices de l’UNESCO, qui a suivi ses traces depuis sa création. En 2004, voyant le succès du réseau, 17 Géoparcs européens et 8 chinois ont créé le réseau mondial des Géoparcs (Global Geoparks Network, GGN, en anglais). Le 17 novembre 2015, l’Assemblée générale de l’UNESCO a décidé de créer une nouvelle marque, Géoparcs mondiaux de l’UNESCO, et d’approuver les statuts du nouveau Programme international pour les géosciences et les Géoparcs.

Photo ci-dessous et couverture : bâtiment Fontenoy, siège de l’UNESCO à Paris. | UNESCO

Photo ci-dessous et couverture : bâtiment Fontenoy, siège de l’UNESCO à Paris. | UNESCO