Project Description

LE GÉOPARC

LE GÉOPARC

Le Géoparc mondial UNESCO de la Catalogne centrale comprend 29 communes du Bages, 5 communes du Moianès (Moià, Calders, l’Estany, Monistrol de Calders et Santa Maria d’Oló), ainsi que la commune de Collbató, dans le Baix Llobregat. La superficie du Géoparc est d’environ 1250 km2 et elle compte environ 190 000 habitants.

L’orographie est très variée et est largement conditionnée par l’érosion différentielle. En particulier au centre du Géoparc, on peut distinguer des surfaces planes, plus ou moins étendues, correspondant aux bassins creusés par les rivières qui drainent le territoire (Llobregat et Cardener, les ruisseaux Gavarresa et Calders et leurs principaux affluents), le plus important étant le Pla de Bages. Les autres zones du territoire sont caractérisées par un ensemble important de terrains surélevés, qui atteignent facilement des niveaux de plus de 500 m. Ils se présentent sous la forme de plans légèrement inclinés, de reliefs tabulaires légèrement déformés concentrés dans la moitié méridionale. D’autre part, la moitié septentrionale est dominée par la déformation tectonique, caractérisée par une succession d’anticlinaux avec une tendance sud-ouest nord-est comme la chaîne de montagnes de Castelltallat. Cependant, le motif le plus caractéristique est celui de Montserratí, qui est typique des reliefs les plus importants du territoire, qui sont Sant Llorenç del Munt et l’Obac et Montserrat, où se trouve le point le plus élevé (Sant Jerónimo, 1 236 m), situés au sud. Dans le secteur nord-est se trouve le plateau du Moianès, dont l’altitude est comprise entre 600 et 700 m. Les cavités, dont certaines sont très importantes, sont bien représentées dans le Géoparc.

Malgré la croissance de l’occupation urbaine du sol au cours des dernières décennies, les paysages du géoparc conservent néanmoins leur caractère traditionnel et l’urbanisation (5 % du territoire) conserve une forme essentiellement compacte au sein d’un espace agricole extensif (17 %). Le paysage du territoire est principalement boisé. En effet, il représente près de 75% de la surface du territoire en comptant les forêts, les garrigues et d’autres types de végétation. Les zones sans végétation sont de 3 %.

Le bioclimat d’une grande partie du territoire est considéré comme méditerranéen continental de basse altitude. En général, les étés sont longs et chauds, le printemps et l’automne ont des précipitations irrégulières et les hivers sont froids et avec des gelées. Les précipitations annuelles varient  entre 600 et 800 l / m2. Au sud, l’influence maritime adoucit l’oscillation thermique tandis que sur le plateau du Moianès, les fortes précipitations en font un climat subméditerranéen. D’un point de vue historique, le peuplement et l’implantation des industries, se sont concentrés principalement dans les plaines et à proximité des cours d’eau. Le secteur des services et l’industrie représentent 90 % de l’activité économique, alors que le secteur primaire n’en représente que 1 % pour l’instant.

En particulier, la tradition industrielle a commencé à prendre de l’importance au milieu du XIXe siècle, lorsque de nombreuses usines textiles ont été installées au bord des rivières ; elles ne sont plus en activité aujourd’hui, mais elles font partie du patrimoine industriel et ont laissé une empreinte marquée sur le paysage fluvial. C’est toutefois à partir du développement de l’exploitation de la potasse, à partir de la première moitié du XXe siècle, que le secteur a revêtu une grande importance.

Le Bages est synonyme de patrimoine dans son expression maximale et dans toute son étendue. Parmi ses paysages de contrastes aux milles textures, se distinguent les joyaux architecturaux accumulés depuis plus de mille ans : des petits ermitages aux cabanes en pierre sèche. L’héritage de la révolution industrielle est concentré autour de ses rivières ; sur les collines, les châteaux et les tours nous rappellent que ce pays a été une terre de guerres et de batailles. Dans les plaines et les terrasses, il y a encore des vignes et des oliviers qui, même aujourd’hui, nous donnent d’excellents vins et des huiles aux saveurs uniques. Il existe de nombreuses excuses pour vivre, découvrir et goûter les 40 millions d’années d’histoire du Géoparc.

L’occupation du territoire du géoparc est très ancienne. Des vestiges de Neandertal dans les grottes de Toll confirment la présence d’hominidés au Paléolithique moyen, il y a environ 50 000 ans. À partir de cette époque, des vestiges d’établissements humains ont également été documentés au cours du Paléolithique, par exemple dans les grottes de Montserrat. Au Néolithique, les gisements de sel de la Montagne de Cardona ont commencé à être exploités. Plus tard, les Ibères se sont installés dans des villages comme Sallent (el Cogulló) et Manresa (turó de Puigcardener), entre autres. Les Romains ont continué à exploiter le sel et ont introduit des cultures traditionnelles comme la vigne. Les vestiges de la villa de Sant Amanç de Viladés à Rajadell ou de la tour du Breny à Castellgalí en sont un bon exemple.

Entre le VIIIe et le IXe siècle, c’était une terre de frontière. C’est la période médiévale qui a laissé le patrimoine historique le plus important, le plus étendu et le plus riche. Il existe des forteresses et des châteaux remarquables tels que Cardona, Sallent, Súria, Talamanca, Rajadell, Aguilar de Segarra, etc. Et des tours de défense comme celle de Coaner et celle de Castellnou de Bages. Les centres anciens de nombreux villages constituent des lieux touristiques importants (Poble Vell de Súria, Mura, Santpedor, Manresa, etc.). Les bâtiments religieux sont également particulièrement importants. La basilique gothique de Santa Maria de la Seu de Manresa, le monastère de Sant Benet de Bages et surtout le monastère de la Vierge de Montserrat, symbole spirituel et identitaire du territoire et de la Catalogne, se distinguent particulièrement. Certains de ces bâtiments sont de véritables joyaux de l’art roman, un patrimoine  exceptionnellement représenté dans le Géoparc : la singulière église de Sant Cugat del Racó et le magnifique monastère de Santa Maria de l’Estany se distinguent, entre autres.

De l’époque moderne, il faut mentionner la Cova de Sant Ignasi à Manresa, avec l’église comme grand représentant de l’art baroque. La célébration du cinquième centenaire de Sant Ignasi de Loiola, en 2022, canalise une importante offre touristique de la capitale du Géoparc.

L’époque contemporaine a connu des batailles et des événements majeurs dans l’histoire de la Catalogne. L’industrie textile s’est fortement implantée et a conditionné le cours des événements pendant des décennies jusqu’à son déclin dans les années 1960. L’héritage légué par la famille Torres Amat à Sallent est particulièrement important. Grâce à cette industrialisation, le géoparc possède de fantastiques exemples d’architecture moderniste réalisés par des architectes aussi importants qu’Ignasi Mas i Morell et Josep Puig i Cadafalch à Santa Maria d’Oló, et Ignasi Oms i Ponsa et Josep Firmat à Manresa. De plus, depuis 1912, la découverte de potasse à Súria a représenté le développement d’une puissante industrie minière qui a laissé une trace importante sur le territoire.

En raison de la riche histoire humaine du territoire, le géoparc est un lieu de foires et de festivals multiples tout au long de l’année, qui reflètent toute la tradition accumulée par ses habitants au cours des millénaires.

Plus d’informations:

Les paysages du géoparc sont une mosaïque de contrastes et un véritable paradis pour les passionnés de nature. Des vallées fertiles dessinées par les méandres du Llobregat et de son affluent, le Cardener, aux sommets escarpés des parcs naturels de Montserrat et de Sant Llorenç del Munt et de l’Obac. Le réseau de sentiers balisés de cette zone stratégique est une invitation permanente à les parcourir à pied ou à vélo. Certains des itinéraires les plus connus de Catalogne traversent le géoparc parmi les extensions feuillues de pins et de chênes verts : le Chemin de Sant Jaume, le Chemin Oliba, l’Itinéraire des 3 Monts et le Camí Ignasià. Depuis des siècles, certains sentiers historiques, comme les chemins de transhumance, se sont frayés un passage le long des rivières ou à travers les forêts, les pâturages et les vignobles.

Le paysage est clairement boisé, alternant avec les cultures et les zones urbaines. Les forêts les plus étendues sont celles de pin blanc, pin et pin rouge, qui ont été privilégiées il y a quelques années pour l’exploitation forestière au détriment d’autres types de forêts comme le chêne et le chêne vert, bien qu’elles soient également présentes. Dans les années 1980 et 1990, les incendies de forêt ont brûlé de grandes surfaces de pins et ont favorisé la croissance des buissons de romarin. Outre les forêts et les broussailles, il existe d’autres communautés végétales à la végétation particulièrement diversifiée, telles que les arbustes, les prairies et les zones humides. Parmi ces dernières, les principales sont les zones humides de La Bòbila et de La Corbatera, qui sont à leur tour des zones de grande biodiversité. Dans les zones où émergent du gypse et des sels, une végétation adaptée à ces conditions de sol peut être observée. Sur les bords des rivières et des ruisseaux, d’importantes forêts de rive peuvent se développer, où prédominent des espèces telles que le peuplier, le frêne, le peuplier du Canada, le saule blanc et l’aulne.

Les cultures sont principalement des terres sèches, avec des céréales comme l’avoine, le blé et l’orge, mais aussi des amandiers et surtout des oliviers. Le vignoble a également été une culture traditionnelle introduite par les Romains. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, elle atteint son apogée, lorsque même les versants des collines ont été utilisés pour planter des vignes sur des terrasses en pierre sèche. Le phylloxéra a ralenti son expansion et sa culture a progressivement diminué. En 1995, la DO Pla de Bages voit le jour, ce qui lui donne un nouvel élan.

La faune est également diverse, bien qu’il y ait des animaux que l’on peut trouver partout : des mammifères comme le sanglier et le renard. Dans les zones ouvertes et les fourrés, les lapins, les perdrix et les souris des champs sont communs, et dans les montagnes de l’est, la taupe est également présente. Dans les bois, l’écureuil est également présent. Dans les zones montagneuses de Montserrat et de Sant Llorenç del Munt, on trouve également la fouine, la genette mais également la chèvre sauvage et la chauve-souris dans les grottes. Dans les zones rocheuses, on trouve également des oiseaux rupicoles tels que le martinet, la salangane et l’échelette. Les oiseaux de proie les plus courants sont le faucon pèlerin et l’aigle Bonelli. D’autres oiseaux que l’on trouve également sont la buse, le duc, l’autour, le corbeau et le choucas.

Les eaux ne sont pas de grande qualité et les populations de poissons sont généralement des carpes, des barbeaux et des roussettes. Dans certains torrents, il est encore possible de trouver des tortues.

Le géoparc a 15% de sa superficie protégée, qui appartient aux Parcs Naturels de la Montagne de Montserrat et de Sant Llorenç del Munt i l’Obac, ou bien encore au Réseau Nature 2000, PEIN, Zones Humides, etc. En outre, les principaux éléments d’intérêt géologique font partie de l’Inventaire des zones d’intérêt géologique de Catalogne réalisé par la Generalitat de Catalunya.

Plus d’informations:

Avec un véhicule personnel

  • Depuis Barcelone: route C-55 ou autoroute E-9 C-16.
  • Depuis Berga: route C-16
  • Depuis Gérone: route C-25 (Eix Transversal) ou autoroute AP-7.
  • Depuis Vic: route C-25 (Eix Transversal)
  • Depuis Lleida: route C-25 (Eix Transversal) ou voie rapide A-2.

En train

  • RENFE (Red Nacional de los Ferrocarriles Españoles): www.renfe.es (Lignes R4 et R12)
  • FGC (Ferrocarrils de la Generalitat de Catalunya): www.fgc.cat (Lignes R5 et R50)

En bus

Déplacements interurbains au sein du Géoparc

Plans

Territoire
Histoire
Nature
Comment s’y rendre

Territoire

Le Géoparc mondial UNESCO de la Catalogne centrale comprend 29 communes du Bages, 5 communes du Moianès (Moià, Calders, l’Estany, Monistrol de Calders et Santa Maria d’Oló), ainsi que la commune de Collbató, dans le Baix Llobregat. La superficie du Géoparc est d’environ 1250 km2 et elle compte environ 190 000 habitants.

L’orographie est très variée et est largement conditionnée par l’érosion différentielle. En particulier au centre du Géoparc, on peut distinguer des surfaces planes, plus ou moins étendues, correspondant aux bassins creusés par les rivières qui drainent le territoire (Llobregat et Cardener, les ruisseaux Gavarresa et Calders et leurs principaux affluents), le plus important étant le Pla de Bages. Les autres zones du territoire sont caractérisées par un ensemble important de terrains surélevés, qui atteignent facilement des niveaux de plus de 500 m. Ils se présentent sous la forme de plans légèrement inclinés, de reliefs tabulaires légèrement déformés concentrés dans la moitié méridionale. D’autre part, la moitié septentrionale est dominée par la déformation tectonique, caractérisée par une succession d’anticlinaux avec une tendance sud-ouest nord-est comme la chaîne de montagnes de Castelltallat. Cependant, le motif le plus caractéristique est celui de Montserratí, qui est typique des reliefs les plus importants du territoire, qui sont Sant Llorenç del Munt et l’Obac et Montserrat, où se trouve le point le plus élevé (Sant Jerónimo, 1 236 m), situés au sud. Dans le secteur nord-est se trouve le plateau du Moianès, dont l’altitude est comprise entre 600 et 700 m. Les cavités, dont certaines sont très importantes, sont bien représentées dans le Géoparc.

Malgré la croissance de l’occupation urbaine du sol au cours des dernières décennies, les paysages du géoparc conservent néanmoins leur caractère traditionnel et l’urbanisation (5 % du territoire) conserve une forme essentiellement compacte au sein d’un espace agricole extensif (17 %). Le paysage du territoire est principalement boisé. En effet, il représente près de 75% de la surface du territoire en comptant les forêts, les garrigues et d’autres types de végétation. Les zones sans végétation sont de 3 %.

Le bioclimat d’une grande partie du territoire est considéré comme méditerranéen continental de basse altitude. En général, les étés sont longs et chauds, le printemps et l’automne ont des précipitations irrégulières et les hivers sont froids et avec des gelées. Les précipitations annuelles varient  entre 600 et 800 l / m2. Au sud, l’influence maritime adoucit l’oscillation thermique tandis que sur le plateau du Moianès, les fortes précipitations en font un climat subméditerranéen. D’un point de vue historique, le peuplement et l’implantation des industries, se sont concentrés principalement dans les plaines et à proximité des cours d’eau. Le secteur des services et l’industrie représentent 90 % de l’activité économique, alors que le secteur primaire n’en représente que 1 % pour l’instant.

En particulier, la tradition industrielle a commencé à prendre de l’importance au milieu du XIXe siècle, lorsque de nombreuses usines textiles ont été installées au bord des rivières ; elles ne sont plus en activité aujourd’hui, mais elles font partie du patrimoine industriel et ont laissé une empreinte marquée sur le paysage fluvial. C’est toutefois à partir du développement de l’exploitation de la potasse, à partir de la première moitié du XXe siècle, que le secteur a revêtu une grande importance.

Photo sur le côté: Mura. | Òscar Rodbag | Couverture : Castellbell i el Vilar | Gerard Franquesa

Histoire

Le Bages est synonyme de patrimoine dans son expression maximale et dans toute son étendue. Parmi ses paysages de contrastes aux milles textures, se distinguent les joyaux architecturaux accumulés depuis plus de mille ans : des petits ermitages aux cabanes en pierre sèche. L’héritage de la révolution industrielle est concentré autour de ses rivières ; sur les collines, les châteaux et les tours nous rappellent que ce pays a été une terre de guerres et de batailles. Dans les plaines et les terrasses, il y a encore des vignes et des oliviers qui, même aujourd’hui, nous donnent d’excellents vins et des huiles aux saveurs uniques. Il existe de nombreuses excuses pour vivre, découvrir et goûter les 40 millions d’années d’histoire du Géoparc.

L’occupation du territoire du géoparc est très ancienne. Des vestiges de Neandertal dans les grottes de Toll confirment la présence d’hominidés au Paléolithique moyen, il y a environ 50 000 ans. À partir de cette époque, des vestiges d’établissements humains ont également été documentés au cours du Paléolithique, par exemple dans les grottes de Montserrat. Au Néolithique, les gisements de sel de la Montagne de Cardona ont commencé à être exploités. Plus tard, les Ibères se sont installés dans des villages comme Sallent (el Cogulló) et Manresa (turó de Puigcardener), entre autres. Les Romains ont continué à exploiter le sel et ont introduit des cultures traditionnelles comme la vigne. Les vestiges de la villa de Sant Amanç de Viladés à Rajadell ou de la tour du Breny à Castellgalí en sont un bon exemple.

Entre le VIIIe et le IXe siècle, c’était une terre de frontière. C’est la période médiévale qui a laissé le patrimoine historique le plus important, le plus étendu et le plus riche. Il existe des forteresses et des châteaux remarquables tels que Cardona, Sallent, Súria, Talamanca, Rajadell, Aguilar de Segarra, etc. Et des tours de défense comme celle de Coaner et celle de Castellnou de Bages. Les centres anciens de nombreux villages constituent des lieux touristiques importants (Poble Vell de Súria, Mura, Santpedor, Manresa, etc.). Les bâtiments religieux sont également particulièrement importants. La basilique gothique de Santa Maria de la Seu de Manresa, le monastère de Sant Benet de Bages et surtout le monastère de la Vierge de Montserrat, symbole spirituel et identitaire du territoire et de la Catalogne, se distinguent particulièrement. Certains de ces bâtiments sont de véritables joyaux de l’art roman, un patrimoine  exceptionnellement représenté dans le Géoparc : la singulière église de Sant Cugat del Racó et le magnifique monastère de Santa Maria de l’Estany se distinguent, entre autres.

De l’époque moderne, il faut mentionner la Cova de Sant Ignasi à Manresa, avec l’église comme grand représentant de l’art baroque. La célébration du cinquième centenaire de Sant Ignasi de Loiola, en 2022, canalise une importante offre touristique de la capitale du Géoparc.

L’époque contemporaine a connu des batailles et des événements majeurs dans l’histoire de la Catalogne. L’industrie textile s’est fortement implantée et a conditionné le cours des événements pendant des décennies jusqu’à son déclin dans les années 1960. L’héritage légué par la famille Torres Amat à Sallent est particulièrement important. Grâce à cette industrialisation, le géoparc possède de fantastiques exemples d’architecture moderniste réalisés par des architectes aussi importants qu’Ignasi Mas i Morell et Josep Puig i Cadafalch à Santa Maria d’Oló, et Ignasi Oms i Ponsa et Josep Firmat à Manresa. De plus, depuis 1912, la découverte de potasse à Súria a représenté le développement d’une puissante industrie minière qui a laissé une trace importante sur le territoire.

En raison de la riche histoire humaine du territoire, le géoparc est un lieu de foires et de festivals multiples tout au long de l’année, qui reflètent toute la tradition accumulée par ses habitants au cours des millénaires.

Plus d’informations:

Photo de côté: Costes de Vilafresca et Ca l’Estruch de Navàs. | Òscar Rodbag

Nature

Les paysages du géoparc sont une mosaïque de contrastes et un véritable paradis pour les passionnés de nature. Des vallées fertiles dessinées par les méandres du Llobregat et de son affluent, le Cardener, aux sommets escarpés des parcs naturels de Montserrat et de Sant Llorenç del Munt et de l’Obac. Le réseau de sentiers balisés de cette zone stratégique est une invitation permanente à les parcourir à pied ou à vélo. Certains des itinéraires les plus connus de Catalogne traversent le géoparc parmi les extensions feuillues de pins et de chênes verts : le Chemin de Sant Jaume, le Chemin Oliba, l’Itinéraire des 3 Monts et le Camí Ignasià. Depuis des siècles, certains sentiers historiques, comme les chemins de transhumance, se sont frayés un passage le long des rivières ou à travers les forêts, les pâturages et les vignobles.

Le paysage est clairement boisé, alternant avec les cultures et les zones urbaines. Les forêts les plus étendues sont celles de pin blanc, pin et pin rouge, qui ont été privilégiées il y a quelques années pour l’exploitation forestière au détriment d’autres types de forêts comme le chêne et le chêne vert, bien qu’elles soient également présentes. Dans les années 1980 et 1990, les incendies de forêt ont brûlé de grandes surfaces de pins et ont favorisé la croissance des buissons de romarin. Outre les forêts et les broussailles, il existe d’autres communautés végétales à la végétation particulièrement diversifiée, telles que les arbustes, les prairies et les zones humides. Parmi ces dernières, les principales sont les zones humides de La Bòbila et de La Corbatera, qui sont à leur tour des zones de grande biodiversité. Dans les zones où émergent du gypse et des sels, une végétation adaptée à ces conditions de sol peut être observée. Sur les bords des rivières et des ruisseaux, d’importantes forêts de rive peuvent se développer, où prédominent des espèces telles que le peuplier, le frêne, le peuplier du Canada, le saule blanc et l’aulne.

Les cultures sont principalement des terres sèches, avec des céréales comme l’avoine, le blé et l’orge, mais aussi des amandiers et surtout des oliviers. Le vignoble a également été une culture traditionnelle introduite par les Romains. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, elle atteint son apogée, lorsque même les versants des collines ont été utilisés pour planter des vignes sur des terrasses en pierre sèche. Le phylloxéra a ralenti son expansion et sa culture a progressivement diminué. En 1995, la DO Pla de Bages voit le jour, ce qui lui donne un nouvel élan.

La faune est également diverse, bien qu’il y ait des animaux que l’on peut trouver partout : des mammifères comme le sanglier et le renard. Dans les zones ouvertes et les fourrés, les lapins, les perdrix et les souris des champs sont communs, et dans les montagnes de l’est, la taupe est également présente. Dans les bois, l’écureuil est également présent. Dans les zones montagneuses de Montserrat et de Sant Llorenç del Munt, on trouve également la fouine, la genette mais également la chèvre sauvage et la chauve-souris dans les grottes. Dans les zones rocheuses, on trouve également des oiseaux rupicoles tels que le martinet, la salangane et l’échelette. Les oiseaux de proie les plus courants sont le faucon pèlerin et l’aigle Bonelli. D’autres oiseaux que l’on trouve également sont la buse, le duc, l’autour, le corbeau et le choucas.

Les eaux ne sont pas de grande qualité et les populations de poissons sont généralement des carpes, des barbeaux et des roussettes. Dans certains torrents, il est encore possible de trouver des tortues.

Le géoparc a 15% de sa superficie protégée, qui appartient aux Parcs Naturels de la Montagne de Montserrat et de Sant Llorenç del Munt i l’Obac, ou bien encore au Réseau Nature 2000, PEIN, Zones Humides, etc. En outre, les principaux éléments d’intérêt géologique font partie de l’Inventaire des zones d’intérêt géologique de Catalogne réalisé par la Generalitat de Catalunya.

Plus d’informations:

Photo de côté: le Montcau vu depuis la route de Navarcles à Sant Fruitós de Bages. | Gerard Franquesa

Comment s’y rendre

Depuis Barcelone: route C-55 ou autoroute E-9 C-16.
Depuis Berga: route C-16
Depuis Gérone: route C-25 (Eix Transversal) ou autoroute AP-7.
Depuis Vic: route C-25 (Eix Transversal)
Depuis Lleida: route C-25 (Eix Transversal) ou voie rapide A-2.

RENFE (Red Nacional de los Ferrocarriles Españoles): www.renfe.es (Lignes R4 et R12)
FGC (Ferrocarrils de la Generalitat de Catalunya): www.fgc.cat (Lignes R5 et R50)

Monbus (depuis Barcelone): http://www.monbus.es/ca
Eix Bus (Gérone, Vic ou Lleida): : http://www.teisa-bus.com/
Julià (lieu des départs): http://www.autocaresjulia.es/es/servicios/lineas-regulares/
Sagalés (lieu des départs): http://www.sagales.com/