Project Description

PATRIMOINE GÉOLOGIQUE ET MINIER

PATRIMOINE GÉOLOGIQUE ET MINIER

Le territoire du Géoparc est habité par l’espèce humaine au moins depuis le Paléolithique moyen, il y a plus de 50 000 ans. Nous trouvons des vestiges de la présence de nos ancêtres dans différents endroits tels que les grottes de Toll (Moià), les grottes de Montserrat (Collbató), Cardona, Callús, Manresa, Castellfollit del Boix et bien d’autres encore. Souvent, cette occupation visait à tirer profit des ressources naturelles offertes par la terre, y compris les ressources géologiques. Ainsi les grottes et les cavernes étaient d’excellents abris. La roche était utilisée pour construire des dolmens et plus tard des maisons et des châteaux. L’exploitation de minéraux tels que le sel gemme et la sylvinite, et de roches comme l’argile, le calcaire, le charbon et le grès a contribué à construire notre histoire jusqu’à aujourd’hui. Cette présence continue sur le territoire a doté cet endroit d’un magnifique patrimoine minier, historique, culturel et traditionnel qui complète la riche et forte personnalité de la région.

Toutefois, l’histoire de la plupart des roches qui façonnent le paysage et dont les premiers humains ont été témoins remonte à l’histoire de la Terre. À cette époque, il y a environ 41 et 37 millions d’années (pendant l’Éocène), une grande partie de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Catalogne centrale était une mer. La Méditerranée n’existait pas en tant que telle, mais était un continent qui s’étendait au-delà des îles Baléares actuelles. Au contraire, dans la direction opposée, cette mer s’étendait au nord-est de la péninsule ibérique, et était reliée à l’Atlantique. Des rivières coulaient de ces reliefs, déposant les cailloux, le sable et la boue qu’elles transportaient dans les deltas. Les parties les plus visibles de ces deltas sont précisément la montagne de Montserrat et le massif de St. Llorenç del Munt et l’Obac, qui correspondraient à l’embouchure. Vers Manresa, en passant par Castellgalí, Monistrol de Montserrat, Marganell… ou Mura, le Pont de Vilomara i Rocafort, etc. on trouve le reste des sédiments de ces deltas en direction de la mer.

Évolution paléogéographique de la partie orientale du bassin de l’Èbre au Paléogène (A, B et C), par rapport à aujourd’hui (D), réalisée à partir de diverses sources. Auteur: Oriol Oms, a: Oms, O., López-Blanco, M., Vilaplana, M.(2016). Introduction à la géologie de la Catalogne Centrale. Excursions géologiques en Catalogne centrale. En Oms, O., Climent, F., González, M. (Eds). Institut cartographique et géologique de Catalogne. Monographies techniques, 6: 17 – 65.

Cette mer a été isolée de l’Atlantique il y a 36 millions d’années par l’effet de la formation des chaînes de montagnes qui l’entouraient, comme les Pyrénées. Au fil du temps, elle a diminué pour former un grand lac salé, jusqu’à sa quasi évaporation. Elle a laissé une grande quantité de sédiments déposés dans différents milieux marins tels que les deltas (dont une partie des actuels Montserrat et Sant Llorenç del Munt, mais qui ont également atteint Manresa), les récifs (dans les zones de Navarcles, Calders, Moià…), les fonds marins (calcaires et marnes bleu-gris à Castellgalí, Castellbell i el Vilar, Sant Vicenç de Castellet, etc.), et les zones côtières (avec des exemples à Artés, le Pont de Vilomara et Rocafort, le Pont de Cabrianes…). Comme point culminant de son étape finale, dans son processus d’évaporation, la mer a laissé du gypse (p. ex. à Artés) et d’importantes épaisseurs de sels (potasse, halite, carnallite) qui ont été principalement exploitées à Cardona, Súria, Sallent et Balsareny, et qui sont encore assez abondantes dans le sous-sol du Géoparc. En disparaissant, les rivières et les lacs ont pris leur place et la plupart se sont transformés en roches rougeâtres qui forment le paysage.

Au cours des 10 derniers millions d’années environ, les fleuves qui s’écoulaient jusqu’alors en direction de cette mer ancienne (de Montserrat à Manresa), ont changé de direction et ont été capturés par une Méditerranée qui occupait déjà la position qu’elle occupe aujourd’hui, façonnant le nouveau réseau fluvial actuel. Ainsi, au cours de ces derniers millions d’années, l’érosion de toutes ces roches par des rivières telles que le Llobregat et le Cardener, a modelé le relief (montagnes, plaines, grottes, etc.), dans un processus continu toujours actif, qui définit le paysage caractéristique du Géoparc.

Vous voulez en savoir plus ? La meilleure façon de connaître cette géologie fantastique est de visiter le Géoparc et de découvrir toute cette histoire passionnante en marchant. Visitez le Géoparc !

Dans les liens suivants, vous pouvez trouver plus d’informations sur la géologie et l’histoire géologique du Géoparc:

Dans le Géoparc, la plupart des roches sont sédimentaires. Il n’y a que des roches métamorphiques (schistes, mylonite, etc.) à l’extrémité sud du territoire, et ce sont aussi les plus anciennes, de l’époque paléozoïque. Les autres sont le résultat de la sédimentation qui a eu lieu pendant l’Éocène et l’Oligocène, dans un contexte marin qui est passé de façon transitoire à un contexte continental dans un intervalle de temps très court, il y a 36 millions d’années.

Il existe différents types de roches sédimentaires dans le Géoparc : détritiques (conglomérats et brèches, grès et schistes), carbonatées (calcaire) et évaporites (essentiellement gypse, sel et sylvine). Les sédiments non consolidés qui font partie des matériaux érodés au cours des périodes géologiques les plus récentes et qui correspondent essentiellement à des graviers sur les terrasses des rivières et à des colluvions sur les versants sont également importants.

 

Sur le plan géologique, le Géoparc mondial UNESCO de la Catalogne centrale est situé dans le secteur est de la Conca de l’Ebre. Les principales roches sont d’origine sédimentaire et situées entre l’Éocène et l’Oligocène inférieur. Les plus anciens se sont formés dans les milieux marins (calcaires fossilifères et rocheux, marnes, etc.), puis, au fur et à mesure de l’assèchement de la mer, des sédiments évaporitiques de sulfates (gypse) et de sels (halite, silvite, carnallite) se sont formés. Enfin, il y a environ 36 millions d’années, par les sédiments des rivières et des lacs. L’évolution finale de ce bassin marin (appelé bassin potassique catalan) est l’un des meilleurs exemples au monde et contient également l’une des plus grandes zones d’extraction de potasse d’Europe. En outre, le territoire possède des éléments singuliers reconnus internationalement tels que les montagnes de Montserrat et Sant Llorenç del Munt (par exemples des éventails deltaïques) ou des éléments karstiques spectaculaires comme les Grottes del Salnitre (Collbató), Grotte de Mura et les Grottes del Toll (Moià), ces dernières présentent également d’importants vestiges préhistoriques et faunistiques du Quaternaire. D’autres éléments d’une grande importance scientifique tels que les manifestations méridionales de la tectonique pyrénéenne, une géomorphologie très représentative et caractéristique et d’importants restes fossiles de vertébrés dans les terrasses fluviales et les grottes (éléphants, rhinocéros, hippopotames, hyènes, entre autres), ainsi que multitude d’affleurements d’une grande importance pédagogique et scientifique.

L’exploitation du sel se développe dans la région depuis l’Antiquité. La première preuve de l’exploitation de l’halite date du néolithique à la montagne salée de Cardona, qui est également décrite dans les écrits de Pline l’Ancien (1er siècle après JC) et citée par Aulus Geli (2ème siècle après JC) où il transcrit une phrase de Caton qui dit «une grande montagne de sel pur qui pousse vers le haut au fur et à mesure de son extraction». Parallèlement à cette exploitation, il y a eu aussi l’exploitation traditionnelle de l’argile, du calcaire, du gypse et du charbon. Ces ressources naturelles ont favorisé l’activité minière pendant de nombreux siècles qui a laissé un patrimoine important.

La présence humaine continue, remontant à l’Épipaléolithique, a doté cette région d’un magnifique patrimoine historique, culturel et traditionnel qui complète la riche et forte personnalité du territoire. Ce caractère unique de la Catalogne centrale est également lié à une géologie et à un paysage qui ont évolué ensemble au cours de millions d’années.

Au total, 74 espaces catalogués montrent la grande géodiversité du territoire avec des points et des exemples de premier ordre dans de nombreux domaines de la géologie. Cet inventaire ne doit pas être compris comme une liste fermée et définitive mais doit être revu périodiquement et cela peut représenter à la fois des modifications et des ajouts et des suppressions. Différentes activités de géotourisme et formations à tous les niveaux sont menées dans ces espaces.

  • Patrimoine géologique: C’est «l’ensemble des ressources naturelles géologiques de valeur scientifique, culturelle et / ou éducative, qu’il s’agisse de formations et structures géologiques, de reliefs, de minéraux, de roches, de fossiles, de météorites, de sols et autres manifestations géologiques qui permettent de connaître, d’étudier et d’interpréter: a) l’origine et l’évolution de la Terre, b) les processus qui l’ont façonnée, c) les climats et les paysages du passé et du présent, et d) l’origine et l’évolution de la vie »(selon la loi 42 / 2007 Patrimoine naturel et biodiversité). Selon cette définition, le patrimoine géologique peut servir de lien entre l’histoire de l’humanité et celle de la planète.
  • Géodiversité: le terme géodiversité est une abréviation de diversité géologique et fait référence à la diversité des éléments qui sont le résultat de processus et d’événements géologiques qui se sont produits tout au long de l’histoire de la Terre. Ainsi, la géodiversité, également conformément à la loi 42/2007, est la variété des éléments géologiques (y compris les roches, les minéraux, les fossiles, les sols, les formes de relief, les structures, les formations et les unités et paysages géologiques) présents sur un territoire et qui sont le produit et le bilan de l’évolution de la Terre. La géodiversité est une propriété intrinsèque et quantifiable du territoire.

    C’est lié au patrimoine géologique, mais ce sont des concepts différents. La géodiversité fait référence à la variété des éléments, tandis que le patrimoine géologique fait référence à la valeur de ceux-ci. De cette façon, il peut y avoir des endroits peu variés, mais avec une grande valeur géologique, mais cela peut aussi être l’inverse. Si un lieu a beaucoup de géodiversité et que cette géodiversité a de la valeur, alors il est considéré comme un patrimoine à gérer pour le conserver.

Histoire Géologique
Les roches du parc
Le patrimoine géologique et minier

Histoire Géologique

Le territoire du Géoparc est habité par l’espèce humaine au moins depuis le Paléolithique moyen, il y a plus de 50 000 ans. Nous trouvons des vestiges de la présence de nos ancêtres dans différents endroits tels que les grottes de Toll (Moià), les grottes de Montserrat (Collbató), Cardona, Callús, Manresa, Castellfollit del Boix et bien d’autres encore. Souvent, cette occupation visait à tirer profit des ressources naturelles offertes par la terre, y compris les ressources géologiques. Ainsi les grottes et les cavernes étaient d’excellents abris. La roche était utilisée pour construire des dolmens et plus tard des maisons et des châteaux. L’exploitation de minéraux tels que le sel gemme et la sylvinite, et de roches comme l’argile, le calcaire, le charbon et le grès a contribué à construire notre histoire jusqu’à aujourd’hui. Cette présence continue sur le territoire a doté cet endroit d’un magnifique patrimoine minier, historique, culturel et traditionnel qui complète la riche et forte personnalité de la région.

Toutefois, l’histoire de la plupart des roches qui façonnent le paysage et dont les premiers humains ont été témoins remonte à l’histoire de la Terre. À cette époque, il y a environ 41 et 37 millions d’années (pendant l’Éocène), une grande partie de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Catalogne centrale était une mer. La Méditerranée n’existait pas en tant que telle, mais était un continent qui s’étendait au-delà des îles Baléares actuelles. Au contraire, dans la direction opposée, cette mer s’étendait au nord-est de la péninsule ibérique, et était reliée à l’Atlantique. Des rivières coulaient de ces reliefs, déposant les cailloux, le sable et la boue qu’elles transportaient dans les deltas. Les parties les plus visibles de ces deltas sont précisément la montagne de Montserrat et le massif de St. Llorenç del Munt et l’Obac, qui correspondraient à l’embouchure. Vers Manresa, en passant par Castellgalí, Monistrol de Montserrat, Marganell… ou Mura, le Pont de Vilomara i Rocafort, etc. on trouve le reste des sédiments de ces deltas en direction de la mer.

Évolution paléogéographique de la partie orientale du bassin de l’Èbre au Paléogène (A, B et C), par rapport à aujourd’hui (D), réalisée à partir de diverses sources. Auteur: Oriol Oms, a: Oms, O., López-Blanco, M., Vilaplana, M.(2016). Introduction à la géologie de la Catalogne Centrale. Excursions géologiques en Catalogne centrale. En Oms, O., Climent, F., González, M. (Eds). Institut cartographique et géologique de Catalogne. Monographies techniques, 6: 17 – 65.

Cette mer a été isolée de l’Atlantique il y a 36 millions d’années par l’effet de la formation des chaînes de montagnes qui l’entouraient, comme les Pyrénées. Au fil du temps, elle a diminué pour former un grand lac salé, jusqu’à sa quasi évaporation. Elle a laissé une grande quantité de sédiments déposés dans différents milieux marins tels que les deltas (dont une partie des actuels Montserrat et Sant Llorenç del Munt, mais qui ont également atteint Manresa), les récifs (dans les zones de Navarcles, Calders, Moià…), les fonds marins (calcaires et marnes bleu-gris à Castellgalí, Castellbell i el Vilar, Sant Vicenç de Castellet, etc.), et les zones côtières (avec des exemples à Artés, le Pont de Vilomara et Rocafort, le Pont de Cabrianes…). Comme point culminant de son étape finale, dans son processus d’évaporation, la mer a laissé du gypse (p. ex. à Artés) et d’importantes épaisseurs de sels (potasse, halite, carnallite) qui ont été principalement exploitées à Cardona, Súria, Sallent et Balsareny, et qui sont encore assez abondantes dans le sous-sol du Géoparc. En disparaissant, les rivières et les lacs ont pris leur place et la plupart se sont transformés en roches rougeâtres qui forment le paysage.

Au cours des 10 derniers millions d’années environ, les fleuves qui s’écoulaient jusqu’alors en direction de cette mer ancienne (de Montserrat à Manresa), ont changé de direction et ont été capturés par une Méditerranée qui occupait déjà la position qu’elle occupe aujourd’hui, façonnant le nouveau réseau fluvial actuel. Ainsi, au cours de ces derniers millions d’années, l’érosion de toutes ces roches par des rivières telles que le Llobregat et le Cardener, a modelé le relief (montagnes, plaines, grottes, etc.), dans un processus continu toujours actif, qui définit le paysage caractéristique du Géoparc.

Vous voulez en savoir plus ? La meilleure façon de connaître cette géologie fantastique est de visiter le Géoparc et de découvrir toute cette histoire passionnante en marchant. Visitez le Géoparc !

Dans les liens suivants, vous pouvez trouver plus d’informations sur la géologie et l’histoire géologique du Géoparc:

Les roches du parc

Dans le Géoparc, la plupart des roches sont sédimentaires. Il n’y a que des roches métamorphiques (schistes, mylonite, etc.) à l’extrémité sud du territoire, et ce sont aussi les plus anciennes, de l’époque paléozoïque. Les autres sont le résultat de la sédimentation qui a eu lieu pendant l’Éocène et l’Oligocène, dans un contexte marin qui est passé de façon transitoire à un contexte continental dans un intervalle de temps très court, il y a 36 millions d’années.

Il existe différents types de roches sédimentaires dans le Géoparc : détritiques (conglomérats et brèches, grès et schistes), carbonatées (calcaire) et évaporites (essentiellement gypse, sel et sylvine). Les sédiments non consolidés qui font partie des matériaux érodés au cours des périodes géologiques les plus récentes et qui correspondent essentiellement à des graviers sur les terrasses des rivières et à des colluvions sur les versants sont également importants.

Le patrimoine géologique et minier

Sur le plan géologique, le Géoparc mondial UNESCO de la Catalogne centrale est situé dans le secteur est de la Conca de l’Ebre. Les principales roches sont d’origine sédimentaire et situées entre l’Éocène et l’Oligocène inférieur. Les plus anciens se sont formés dans les milieux marins (calcaires fossilifères et rocheux, marnes, etc.), puis, au fur et à mesure de l’assèchement de la mer, des sédiments évaporitiques de sulfates (gypse) et de sels (halite, silvite, carnallite) se sont formés. Enfin, il y a environ 36 millions d’années, par les sédiments des rivières et des lacs. L’évolution finale de ce bassin marin (appelé bassin potassique catalan) est l’un des meilleurs exemples au monde et contient également l’une des plus grandes zones d’extraction de potasse d’Europe. En outre, le territoire possède des éléments singuliers reconnus internationalement tels que les montagnes de Montserrat et Sant Llorenç del Munt (par exemples des éventails deltaïques) ou des éléments karstiques spectaculaires comme les Grottes del Salnitre (Collbató), Grotte de Mura et les Grottes del Toll (Moià), ces dernières présentent également d’importants vestiges préhistoriques et faunistiques du Quaternaire. D’autres éléments d’une grande importance scientifique tels que les manifestations méridionales de la tectonique pyrénéenne, une géomorphologie très représentative et caractéristique et d’importants restes fossiles de vertébrés dans les terrasses fluviales et les grottes (éléphants, rhinocéros, hippopotames, hyènes, entre autres), ainsi que multitude d’affleurements d’une grande importance pédagogique et scientifique.

L’exploitation du sel se développe dans la région depuis l’Antiquité. La première preuve de l’exploitation de l’halite date du néolithique à la montagne salée de Cardona, qui est également décrite dans les écrits de Pline l’Ancien (1er siècle après JC) et citée par Aulus Geli (2ème siècle après JC) où il transcrit une phrase de Caton qui dit «une grande montagne de sel pur qui pousse vers le haut au fur et à mesure de son extraction». Parallèlement à cette exploitation, il y a eu aussi l’exploitation traditionnelle de l’argile, du calcaire, du gypse et du charbon. Ces ressources naturelles ont favorisé l’activité minière pendant de nombreux siècles qui a laissé un patrimoine important.

La présence humaine continue, remontant à l’Épipaléolithique, a doté cette région d’un magnifique patrimoine historique, culturel et traditionnel qui complète la riche et forte personnalité du territoire. Ce caractère unique de la Catalogne centrale est également lié à une géologie et à un paysage qui ont évolué ensemble au cours de millions d’années.

Au total, 74 espaces catalogués montrent la grande géodiversité du territoire avec des points et des exemples de premier ordre dans de nombreux domaines de la géologie. Cet inventaire ne doit pas être compris comme une liste fermée et définitive mais doit être revu périodiquement et cela peut représenter à la fois des modifications et des ajouts et des suppressions. Différentes activités de géotourisme et formations à tous les niveaux sont menées dans ces espaces.

C’est «l’ensemble des ressources naturelles géologiques de valeur scientifique, culturelle et / ou éducative, qu’il s’agisse de formations et structures géologiques, de reliefs, de minéraux, de roches, de fossiles, de météorites, de sols et autres manifestations géologiques qui permettent de connaître, d’étudier et d’interpréter: a) l’origine et l’évolution de la Terre, b) les processus qui l’ont façonnée, c) les climats et les paysages du passé et du présent, et d) l’origine et l’évolution de la vie »(selon la loi 42 / 2007 Patrimoine naturel et biodiversité). Selon cette définition, le patrimoine géologique peut servir de lien entre l’histoire de l’humanité et celle de la planète.

Le terme géodiversité est une abréviation de diversité géologique et fait référence à la diversité des éléments qui sont le résultat de processus et d’événements géologiques qui se sont produits tout au long de l’histoire de la Terre. Ainsi, la géodiversité, également conformément à la loi 42/2007, est la variété des éléments géologiques (y compris les roches, les minéraux, les fossiles, les sols, les formes de relief, les structures, les formations et les unités et paysages géologiques) présents sur un territoire et qui sont le produit et le bilan de l’évolution de la Terre. La géodiversité est une propriété intrinsèque et quantifiable du territoire.

C’est lié au patrimoine géologique, mais ce sont des concepts différents. La géodiversité fait référence à la variété des éléments, tandis que le patrimoine géologique fait référence à la valeur de ceux-ci. De cette façon, il peut y avoir des endroits peu variés, mais avec une grande valeur géologique, mais cela peut aussi être l’inverse. Si un lieu a beaucoup de géodiversité et que cette géodiversité a de la valeur, alors il est considéré comme un patrimoine à gérer pour le conserver

Couverture: Côtes de Vilafresca et Ca l’Estruch de Navàs | Òscar Rodbag